Voilà comment se passent les heures sup au bureau !

10419
00:29
88%
Votes : 85



Durée : 29 minutes.

En ce moment dans ma boite, on croule sous le travail. Alors, il n'est pas rare que le duo assistantes commerciales fassent des heures supplémentaires pour boucler les dossiers dans les temps. Finalement ça, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que moi aussi je déborde un peu sur mes horaires. Ce soir là, en passant devant leur bureau, des couinements et des bruits de succion, attire mon attention. Curieux comme je le suis, j'entrouvre la porte discrètement, et là... surprise !!! Je trouve ces deux petites salopes en train de se bouffer les miches et la vulve ! Ni une ni deux, je fais tomber le jean. J'ai une trique de tous les diables ! Alors, je m'approche et glisse mon gourdin sous le première minou à ma portée. le duo groniasses se jettent dessus comme des abeilles sur du miel et se mettent à me sucer tout le matos. Waaahoouu !!! C'est le pied et l'hallu totale ! J'ai toujours rêvé de pénétrer ces deux minettes, ce qui m'arrive est trop beau, je vais leur faire la misère !!! Lorsque la plus belle des deux, celle qui à toujours l'air pincé, s'allonge sur le cabinet, je lui fourre ma queue dans l'anus histoire de la dérider un peu. Folle, cette coquine adore ça ! Tandis que je la burine intensément, sa collègue qui la lèche me regarder l'air de dire : " j'espère qu'à moi aussi tu me feras pareil !" Un peu mon neveu, plusieurs minutes plus tard, la voilà qui profite comme une nympho lorsque ma queue lui déchire les sphincters en long en large et en travers ! Ma parole, ces deux chiennes ne jurent que par l'anal ! Au bout d'un instant, je me lève dégoulinant de sueur. J'ai la sève qui me monte et je veux vraiment leur gicler a la gueule. D'autant que j'ai vue l'attroupement dans la salle. Avant d'entrer, j'ai eu aussi longtemps de prévenir les copains. Ils font tous le paf pour facialiser ces deux salopes. Allez, ma journée est finie, je file à la pointeuse... C'est pas tous les jours qu'on a l'aubaine de se vider les boules en étant payées par son patron !